Mise en avant

L’Union des Voyageurs du Nord (UVN), association créée en 1978 par Georges Lapierre et plusieurs passionnés des Transports publics, promeut le développement de Transports collectifs efficaces et représente les usagers des Transports en commun du Nord – Pas-de-Calais : Transports urbains, autocars, TER, TGV… .

L’UVN est adhérente de la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports) nationale  http://www.fnaut.fr ,  et régionale FNAUT Hauts-de-France . Nous favorisons toutes les initiatives utiles à l’intérêt commun : amélioration des infrastructures, des dessertes et de l’intermodalité. Plus largement, nous menons aussi des actions dans le domaine de l’écomobilité, de l’environnement, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire : Les Transports collectifs ne sont qu’un maillon d’une chaîne qui inclut la marche, le vélo, etc….

En 2011, l’UVN a aussi été avec l’ADAV à l’origine du collectif « Place aux Piétons », qui regroupe 13 associations pour demander la piétonnisation de la Grand Place de Lille et des alentours. Une pétition a regroupé plus de 1000 signatures  .

L’UVN intervient auprès des élus et des organismes de transport pour demander l’amélioration des transports collectifs. Agissez avec nous pour des transports efficaces, la défense des usagers, un meilleur environnement. En adhérant à l’UVN,  vous pouvez manifester votre soutien à notre action uvn-flyer .

TER Hauts de France : le « PTA » de trop !

Depuis longtemps maintenant, la SNCF place les usagers des Hauts-de-France devant le fait accompli avec des rentrées très perturbées, avec chaque année un quasi doublement du nombre de trains supprimés.

On aurait pu penser, après un n-ième plan d’urgence et des moyens en plus décidés l’an dernier sous la contrainte des suspensions de paiements de la Région, que la SNCF mettrait l’été à profit pour résorber ses retards de maintenance et étoffer son personnel pour assurer enfin une rentrée 2022 correcte.

Or il s’est confirmé que cette rentrée est un naufrage avec plusieurs dizaines de trains supprimés aléatoirement chaque jour, dans l’improvisation et le mépris des usagers, à qui la SNCF conseille régulièrement de « prendre le train suivant », dans 30 mn ou dans une heure voire plus ! …

Après plusieurs semaines de tergiversations secrètes voici qu’apparaît le méga-Plan de Transport Adapté imposé par la SNCF, du jamais vu : on évoque environ 140 trains supprimés chaque jour de manière programmée pendant au moins un an, donc de 50 % à 100 % de plus que les suppressions actuelles, 12 % de l’offre théorique. Sans compter ceux qui seront annulés en dernière minute (car évidemment il y en aura) et la fermeture de la ligne Aulnoye-Mons en décembre prochain. Le tout sans encore avoir de communication officielle alors qu’il doit s’appliquer dans moins d’une semaine !

Le COVID a bon dos : après avoir été couronnée « pire région TER de France en 2021 » (source Autorité de la Qualité de Service dans les Transports), les Hauts-de-France sont maintenant la seule à mettre en place une réduction d’offre très importante sur une année entière… Un PTA est la moins pire des solutions, mais qui fait régresser le service TER au moment où les usagers, victimes de cette mauvaise gestion ferroviaire, en ont plus que jamais besoin.

Jean-Pierre Farandou l’a dit lui même : « Dans les Hauts-de-France la SNCF s’est plantée » [dans ses prévisions d’effectifs]. On croyait pourtant avoir à faire à un spécialiste du transport ferroviaire, cette situation qui se dégrade toujours plus chaque année dans les Hauts-de-France bien plus qu’ailleurs n’est pas acceptable.

Dernière minute : ce 19 octobre la SNCF reporte son PTA non sans imposer un petit PTA quand même pour les vacances de la Toussaint… Rendez vous le 7 Novembre, espérons que d’ici là ils auront trouvé quelques conducteurs dans d’autres régions et auront réduit leurs prétentions de suppressions de trains !

Les bus à hydrogène, une technologie coûteuse et inefficace

Nous avons récemment appris avec stupeur que la MEL envisageait l’achat de bus à hydrogène.

Or un tel choix n’est pas du tout opportun actuellement : les quelques villes qui s’y sont aventurées n’ont pas à notre connaissance un bilan très positif à faire valoir ; de plus chaque bus hydrogène coûte environ 700 000 euros, donc plus cher qu’un bus à batteries, le double d’un bus à gaz et le triple d’un bus diesel de la dernière technologie ! En outre la pile à combustible doit être remplacée périodiquement ce qui entraîne des frais de maintenance élevés et l’immobilisation des véhicules…

L’efficacité de la filière hydrogène est par ailleurs très douteuse : le rendement de la conversion électricité > électrolyseur > hydrogène > pile à combustible > électricité ne serait que de 28%, ce qui conduit à consommer trois fois plus d’électricité qu’avec des bus électriques. Et l’origine « verte » de l’électricité est encore plus douteuse : les gestionnaires d’électrolyseurs disent que cet équipement doit fonctionner à flux constant, aussi bien pour des raisons techniques qu’économiques ! Exit donc la production intermittente des éoliennes ou des panneaux solaires….

La MEL avait jusqu’à présent fait le bon choix, de bus au gaz alimentés par le biogaz du retraitement des déchets, même si finalement un passage intermédiaire dans le réseau de gaz a été imposé. On ne peut pas imaginer un circuit plus court avec un meilleur bilan carbone. L’autre technologie « verte » envisageable serait des trolleybus rechargeables, dont le rapport qualité/prix/performances nous paraît actuellement optimal.

Il nous semble qu’à l’heure où tous les réseaux de transports publics ont des difficultés de financements, le choix de filières qui ont fait leurs preuves à un coût raisonnable s’impose ; acheter des bus deux ou trois fois plus chers veut clairement dire que le service aux usagers sera réduit d’autant, ce n’est pas acceptable.

En outre la première des priorités énergétiquement efficace est d’améliorer la vitesse commerciale des bus grâce à des voies réservées et des priorités aux carrefours, afin de rendre plus attractifs les déplacements en transport commun.

Le nouveau réseau de trams et de BHNS en métropole lilloise doit être efficace

Un retard lillois à combler

En 2000, à la mise en service de la dernière extension de la ligne 2 métro, jusque CH Dron, la métropole lilloise, aujourd’hui MEL, était dans le peleton de tête des métropoles de province pour la longueur de son réseau métro + tram. Mais depuis plus de vingt ans, aucune nouvelle ligne de transport en site propre n’a été mise en service dans la métropole lilloise, contrairement à Bordeaux, Lyon, Marseille, Rennes, Strasbourg et bien d’autres villes. Ces projets mettent plusieurs années à se concrétiser : Lille a du retard !

Pendant cette période l’accent a été mis sur le développement des « Lianes » , un concept de bus un peu amélioré (moins de 15 km/h en moyenne), qui est très loin d’un vrai Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) : aucune priorité aux carrefours (voire même un feu spécial restant au rouge très longtemps), quelques couloirs épisodiques, montée uniquement par la porte avant faisant perdre beaucoup de temps aux arrêts, etc…

C’est donc avec grande satisfaction que l’UVN a vu venir le Schéma Directeur des Infrastructures de Transport (SDIT). Démarré il y a quelques années, retenu par l’Etat pour un subventionnement dans son 4e appel à projets de transports urbains, le SDIT entre aujourd’hui et jusqu’au 5 avril dans une première phase de concertation : les citoyen·nes peuvent s’exprimer sur ce projet de lignes de tram et de BHNS lors des réunions tout comme en ligne.

Le SDIT permet enfin de combler une partie du retard lillois ! L’UVN apprécie particulièrement que le SDIT privilégie une ossature de lignes de tramways, qui ont une performance meilleure mais surtout une meilleure attractivité auprès des voyageurs (voir le rapport FNAUT « choix tramway/BHNS »). Reste à espérer que la mise en œuvre sera au niveau. La concertation qui débute dans sera l’occasion aux habitants et aux acteurs d’exprimer leurs avis. Nos remarques principales portent elles sur l’efficacité d’un tel réseau, son maillage, et son insertion dans la voirie.

Lignes de tram

Efficacité. Le point essentiel pour le tram est d’atteindre une bonne vitesse commerciale (20 à 22 km/h) avec une priorité absolue aux carrefours. Ce n’est pas toujours le cas du Mongy, qui s’arrête puis repart à chaque carrefour, d’où une perte de temps et d’énergie. Il sera ainsi nécessaire d’améliorer les priorités aux carrefours du Grand Boulevard, insuffisamment anticipées actuellement : plusieurs minutes de gain sont possibles ! Toutes les nouvelles lignes de tram devront aussi être conçues pour l’efficacité.

Tracés dans Lille. Le pôle majeur de correspondances est Lille Flandres…. et pas Lille Europe. Il nous semble important d’étudier une option avec la desserte de Lille Flandres par les lignes du futur réseau, par la place des Buisses puis l’Avenue Willy Brandt vers Lille Grand Palais. Les passagers venant de Wambrechies ou des stations à proximité de la Citadelle doivent pouvoir ainsi être en correspondance pratique avec la ligne 1 du métro.

Plutôt que de contourner tout le Vieux Lille le long du périphérique, il aurait été plus judicieux de passer par le centre du Vieux Lille, qui est éloigné de toute desserte pratique. Ce qui permettrait aussi un accès plus court vers la Gare…. mais les rues du Vieux Lille rendent cela délicat.

L’UVN considère enfin qu’un passage des lignes de trams par République en surface, bien que préférable en terme de quartiers desservis,  serait dommageable car le trafic serait interrompu à chaque manifestation devant la Préfecture. L’idéal serait un passage par le centre en souterrain pour échapper à ces perturbations, mais à défaut il vaut mieux contourner le centre comme prévu dans le projet.

Tracés vers Wambrechies, Haubourdin, Seclin et vers Neuville-en-Ferrain, Wattrelos et Hem. Nous sommes aussi favorables à ces lignes. La concertation permettra aux habitants de discuter des différentes options. Si l’écartement des svoies le permet, il est important de prévoir le raccordement de la ligne de Wambrechies sur l’ancienne ligne Lille-Comines (en rejoignant à terme la gare de Comines Belgique).

Lignes de BHNS

Là encore, la vitesse commerciale est un élément essentiel. Le dossier envoyé par la MEL à l’automne 2021 indique que les futurs BHNS auront une vitesse moyenne de 19.2 à 19.4 km/h, ce qui est déjà plus efficace que la voiture en milieu urbain (16 km/h en moyenne). Chaque km/h de gagné améliore la performance et l’attractivité du réseau. Les BHNS n’auront cette efficacité que s’ils ont une priorité absolue aux carrefours, avec des couloirs dédiés, et avec des traversées limitées et sécurisées de passages piétons. Les règles de circulation doivent être les mêmes qu’un tram. Il nous semble ainsi essentiel de viser également 20 km/h pour ces lignes de BHNS. C’est possible, comme par exemple avec les BHNS Busway à Nantes (21.5 km/h de moyenne) et TVM en Val-de-Marne (22 km/h).

Nous privilégions également le maillage du réseau. C’est une très bonne chose que la ligne Villeneuve – Lille atteigne, au delà de République, le métro 2 et Euratechnologies.

Voiries, signalisation

Que cela soit pour le tram ou les BHNS, l’efficacité et l’attractivité de ce nouveau réseau n’aura lieu qu’avec une insertion soignée sur l’ensemble des voiries concernées. Les circulations piétonnes doivent être étudiées avec grand soin, avec notamment une signalétique continue entre les différents lieux d’arrêts (TER, métro, tram, bus) pour que les correspondances soient efficaces et accessibles. Les circulations cyclables en site propre doivent aussi être améliorées et continues, avec également de meilleures possibilités de stationnement vélo à proximité de chaque arrêt.

Conclusion : un avis favorable si la mise en oeuvre est efficace 

L’UVN émet donc un avis favorable aux projets soumis à la concertation préalable à sous réserve d’une étude renforcée des points de maillage, en particulier de la desserte de Lille Flandres, d’une conception dès le départ efficace pour que les trams et BHNS bénéficient sur l’ensemble de leur parcours de priorités absolues aux carrefours permettant d’atteindre les 20 km/h de vitesse commerciale aux heures de pointe, et d’un travail approfondi sur les voiries concernées par le projet pour favoriser l’ensemble des mobilités douces.

Nous invitons tous les citoyen·nes à participer à cette consultation préalable et à laisser votre avis sur ce nouveau réseau en demandant qu’ils soit efficace ! Vous pouvez également rejoindre l’UVN qui promeut des transports publics pour une mobilité durable.

.

Quels transports collectifs demain en Hauts-de-France ?

La synthèse de l’UVN des réponses des listes candidates

Les transports collectifs sont une priorité pour nos concitoyens. Au plan national, la FNAUT, la FUB, et UFC Que Choisir ont lancé leur campagne appelant à «une nouvelle donne du TER » , pointant la nécessité d’une amélioration significative de ces services. De nombreuses FNAUT régionales ont interpellé les candidates. Le questionnaire de la FNAUT Hauts-de-France a été adressé à l’ensemble des candidats en avril, suivi de plusieurs relances. Les listes de Xavier Bertrand et de Karima Delli ont répondu à l’ensemble de nos questions, tandis que celles menées par Sébastien Chenu, Laurent Pietraszewski et Éric Pecqueur nous ont adressé des courts textes. L’ensemble des réponses écrites des listes est disponible sur le site de la FNAUT Hauts-de-France . Nous avons également consulté les programmes des listes sur leurs sites web, et certaines listes nous ont proposé de les recontacter. Nous n’avons pas eu de réponse de J. Evrard et A. Alexandre.

L’UVN, participante à l’élaboration du questionnaire, se félicite que la plupart des candidats aient répondu à cette invitation. La bonne nouvelle est que toutes les listes s’affichent comme sensibles aux questions de mobilités, prévoient d’investir dans nos transports régionaux et de faire participer les usagers. Cependant, les propositions de chaque liste sont différentes, comme le montre la synthèse effectuée sur quatre thèmes fondamentaux pour les usagers: “investissements, lignes et dessertes, qualité”, “contexte régional et règlementaire”, “intermodalité et mobilités durables” et “mobilité pour tous, accessibilité et concertation”. Nous serons vigilants à l’application des bonnes résolutions dans la future mandature.

Notre synthèse : http://uvn.asso.fr/wp-content/uploads/2021/06/2021-06-regionales-synthese-uvn.pdf

Transports régionaux : les usagers interpellent les candidats

L’UVN membre de la FNAUT a collaboré à l’élaboration du questionnaire de la FNAUT Hauts de France adressé aux candidats aux prochaines élections. Découvrez dans ce lien leurs réponses et leurs ambitions en matière de Mobilités pour la prochaine mandature :

https://www.fnaut.fr/region/hauts-de-france/elections-regionales-les-usagers-des-transports-regionaux-en-attente-de-reponses/

Nos attentes concernent la qualité de service, les horaires, les correspondances, l’avenir de nos « petites lignes », les connexions avec nos voisins, un « RER » lillois, les services aux usagers, l’accessibilité, l’information, la billétique, la gestion du réseau d’autocars, la complémentarité train et vélo, et surtout une meilleure concertation avec les associations d’usagers.

Sans oublier les actions de la Région pour le transport des marchandises, l’aviation (faut-il doubler le trafic à Lesquin?) et un possible « coup de pouce » aux transports urbains…

https://www.fnaut.fr/uploads/2021/04/Regionales-2021-Questionnaire-FNAUT-def-1.pdf

Ilévia présente son bilan 2019

Avec beaucoup de retard dû au COVID et aux élections, Ilévia présentait ce 8 décembre son bilan 2019 aux associations d’usagers . Ilévia est très fier d’avoir dépassé les 200 millions de voyages annuels, dont 2 millions de validations sur le TER.

A noter le flop (Oups! non ! « le système se met en place et a des marges de progression ») du covoiturage, 6000 annonces par semaine mais 50 trajets par mois seulement : il y a beaucoup de covoitureurs mais pas de covoiturés…

Contrôle d’accès : ne reste plus que 11 stations à équiper, 90% des accès métro sont sous contrôle, fraude ramenée à 10% contre 18% en  2018.

Très forte hausse fréquentation métro ligne 1 après 22h (+243%)

Questions des associations d’usagers :

Les 2 personnes à mobilité réduite ont pointé la difficulté d’accès au métro à cause des portillons, ont suggéré d’accompagner le Directeur d’Ilévia pour lui faire visiter toutes les stations du métro. Ilévia a dit que tout allait bien et qu’ils avaient concerté un max sur le sujet.

Billeterie trop compliquée pour les « hors Mel » en arrivant à la gare > ils prennent le taxi (!)

Modifications des bus début 2019 : Ilévia dit « 4 adaptations du plan bus suite aux remarques des voyageurs et des élus » comment ont été consultés les voyageurs ? > aucune enquête ni aucun sondage organisés mais quelques réclamations. La MEL a pour sa part insisté que chacun des 90 maires de la MEL a été rencontré plusieurs fois et que donc on ne saurait faire mieux. (visiblement ils ont davantage rencontré les maires que les usagers)

Pannes du métro ? (la ligne 2 ce  mardi matin, la ligne 1 hier lundi, 11 pannes la dernière semaine de Novembre…) > « on met tout en oeuvre pour les limiter, le service est quand même très fiable (supérieur à 99,5%, etc…) » . On a presque l’impression que c’est devenu la norme.

Fraude : certains sautent au dessus des portiques (porte des postes,…) > Oui on sait d’ailleurs hier une fille s’est fracturé la jambe en retombant. ça ne pourra pas être garanti à 100%;

Quelle vitesse commerciale pour Liane 5?  (ex ligne 12 annoncée passer de 13 à 15 km/h dans l’enquête publique…) > Ilévia n’avait pas le renseignement, la MEL a précisé un gain de temps appréciable (!) sur la partie sud de la ligne aux heures de pointe de 7mn le matin de Haubourdin vers Lille, et … UNE minute le soir dans le sens Lille vers Haubourdin.  Pourquoi cette différence ? D’une part il y a plus de couloirs dans un sens que dans l’autre (1800m contre 700 m) (sur combien de km au total ?), et d’autre part la montée descente par toutes les portes gagne du temps le matin. A noter que des travaux restent à faire (rond point pasteur par ex.). Nous sommes très loin d’un BHNS même si Ilévia « fonde beaucoup d’espoir sur cette ligne »…

A part ça, parmi les questions posées, Ilévia a « oublié » de répondre à certaines d’entre elles :

* le manque de réponses des tweets @ilevia aux questions des internautes (contrairement à @TERHDF qui est très à l’écoute et fournit les renseignements demandés)

* l’absence d’information sur le résultat des « enquêtes satisfaction usagers » pour bus métro et tram (ils se sont vantés de bons résultats aux enquêtes clients des P+R et des V’Lille, on suppose donc que celles pour métro et bus étaient moins mirobolantes… )

100% des trains à Noël, vraiment ?

La communication de la SNCF nationale fanfaronne « 100% des trains rouleront à Noël ». Est-ce bien le cas pour nos TER Hauts-de-France ? Oui répond la SNCF régionale, « nous ferons 100% du « plan de transport fêtes » » … qui s’avère être lui-même… 30% inférieur au service normal, dans la continuité du plan de transport « covid » des semaines précédentes …. N’est-ce pas là un beau tour de pass-pass pour enfumer les usagers ?

Plan de Transport Adapté Covid, où en est-on ?

Comme lors du premier déconfinement, la Région et la SNCF font un point téléphonique avec les associations d’usagers tous les quinze jours. Ci dessous le compte rendu de la dernière réunion ce 3 décembre :

Point actu rapide par la SNCF :

Fréquentation stable en baisse de 71%. Pas de remontée TER ces derniers jours (plutôt sur TGV : feu de paille juste après discours de E. Macron).

Fin des feuilles mortes > gain de régularité.

Un peu de relâchement dans le port du masque. > action à bord des trains.

Questions des Associations d’Usagers ( « > » : réponse) :

  • Non présence de certains trains sur les appli alors qu’ils roulent > ?
  • Des contrôleurs prennent le billet et le rendent ça ne va pas (COVID) > pas normal effectivement.
  • Certains trains trop chargés encore notamment le 1er train du matin > oui on surveille, notamment les trains de pointe
  • Horaires après 12/12 toujours pas en ligne ? + tjs à vérifier la veille à 17 h ! > Sur le site TER HdF env 50% des fiches déjà en ligne, la totalité le 4/12 soir. Recherche horaire OK à 100%. Horaires du 13/12 au 4/1 = le PTA actuel qui est prolongé (30% de trains en moins) sauf quelques axes Paris Calais par ex. hyper sensibles les WE Quelques réajustements pour Noël ou pour Janvier.
  • WE avec offre très restreinte à augmenter > pas de réponse
  • SA2021 ? > pas de réponse
  • Soignants abonnés remboursés en décembre ? > Oui confirmé
  • Peu de trains pour Le Tréport surtout le WE pour les vacances (1 seul AR en milieu de journée le dimanche?) > à voir pour réajuster
  • Après 15/12 fin des limitations entre Régions donc attention flux de trafics supplémentaire
  • SA2021 ? > pas de réponse
  • Noël Les trains ne roulent pas à 100% contrairement à ce qu’affirme la com nationale de la SNCF > SNCF répond que si , on sera à 100% du PTA (!!)
  • Travaux St Pol ? Site internet n’informe rien. > Courant Avril remise en service St Pol Etaples ; Sur St Pol Arras les travaux préliminaires sont en cours et on enchaîne sur les vrais travaux. Fermeture plusieurs mois. À confirmer.
  • Horaires St Pol inutilisables pb correspondances infaisables > SNCF regarde
  • Paris Laon rénovation financée par SNCFR ? > Oui (une ligne par Région, en HdF ce sera celle là) SNCF Réseau confirme la date de reprise pour 2023/ 2024
  • VR2N renouvelé ? Depuis SA2020 sur Lille Avesnois concentration de VR2N de plus de 40 ans , nouveau matériel pas là, urgent. > La SNCF travaille avec la Région sur le renouvellement du matériel, on prévoit le remplacement des VR2N pour 2024/2025  par des 2Nng  rénovées du versant sud mais priorité au Y Picard avec l’arrivée de nouvelles rames Régio 2N
  • Puis les V2N picardes seront réaffectées à Valenciennes. La Région commande pour 500 M€ de matériels et 400 M€ sur rénovations à mi vie et +500 M€ pour rénover les lignes, effort considérable.
  • SA2021 Souvent ailleurs c’est mis en ligne un an avant… chez nous rien… Anomalies SA2020 pas corrigées. Sambre Avesnois en train de suffoquer . Moins de trains et plus courts (ex 17h05) . Devoir d’alerter sur situation crispée.  Rupture correspondance à Valenciennes ne marche pas. > But SA2020 = séduire les voyageurs mais n’a fonctionné que 5 semaines, donc on ne peut pas juger. Gain de 10% de régularité sur Béthune.
  • Hautmont Lille en 1h45 en train avec le SA2020 ! l’appli SNCF propose en 1h16 via SNCB par St Guislain et Tournai ! Les gens vont en voiture à Aulnoye ou à St Guislain > « Si le SA2020 ne marche pas bien c’est la faute des demandes diverses qui l’ont fait modifier ici ou là (Templeuve, Maubeuge, etc…) »
  • Attention aux circulations de fin d’année, il y aura bien plus de monde avec la levée du confinement. Surtout WE. Des gens vont rester sur le quai !
  • SA2021 on aimerait bien le voir. Remarques SA2020 pas prises en compte sur le Littoral, ruptures de correspondances. > Réponse SNCF : Il y a trop de clients qui veulent prendre le train sur cet axe, on n’a pas assez de matériel. (!)
  • PTA COVID Aucun proxi les WE sur St Quentin Compiègne. Des creux de 8 heures en semaine… Difficultés d’accès vers Paris le samedi matin… Problème similaire sur Amiens Laon aussi….
  • SA2021 horaires pour après le 4 janvier pour qu’on soit informés ?? On n’est au courant de rien ! La Normandie a fait des consultations en juin dernier ! > On peut envoyer des listes de trains , on ne peut pas envoyer des fiches horaires car c’est connecté à toutes les autres applis…
  • Proposition de Fiches horaires par téléphone via contact TER pour les usagers qui n’ont pas Internet ? Pas de réponse
  • Proposition d’information en Temps réel à bord des TER équipé d’écran (Regiolis) pour les usages n’ayant pas de smartphone ? Sans réponse
  • Maubeuge Mons ou Namur  quel avenir pour ces lignes? Les opérateurs pas motivés ? Proposition d’utiliser des locomotives Belge bleu bi courant en  traction des ex Intercités. > Réponse SNCF Voiture Corail ne sont plus aux normes européennes  Exclues en Belgique
  • Convention avec Normandie pour tarification carte NOMAD ? > Pas de réponse
  • Roissy Picardie engagement de la Région pour la déserte de la Vallée de l’Oise pour les quatre villes moyennes concernées ? > Sans réponse
  • Les Associations pourront elles rencontrer M.Farandou  (qui devait venir le 5/11) ? La Région a eu une visio conférence avec lui il y a 2 semaines > Ah bon donc les usagers ne pourront pas le voir ! Aucun retour de la Région sur cet entretien.

SA2021 : un service peu performant sur Arras Etaples…

Le 13 décembre 2020 seront mis en service les nouveaux horaires du « Service Annuel 2021 » qui se préparent dans le plus grand secret. Quelques fuites permettent d’en avoir une idée pour la ligne entre Arras et Etaples, qui appellent de notre part les remarques suivantes :

Points positifs : vitesse des trains qui redevient normale (100 km/h), correspondances assurées à St Pol pour Béthune et Lille et vice-versa, prolongation de certains trains de Béthune à Lens et vice-versa.

Points négatifs :

En comparaison avec les horaires que nous avions au service du 11/12/2011 au 30/06/2012 (année de référence avant des horaires dégradés par la voie en mauvais état), la première observation est la diminution du nombre d’aller et retour entre St Pol et Etaples et vice-versa par rapport aux anciens services :

– Service futur : St Pol – Etaples  7 trains  /  Etaples – St Pol  6 trains

– Service du 11/12/2011 au 30/06/2012 : St Pol – Etaples  8 trains /  Etaples – St Pol  9 trains

– Service été 2017 (avant suspension desserte ferroviaire) : St Pol – Etaples  6 trains et 4 bus  /  Etaples – St Pol  5 trains et 5 bus

– Service actuel par bus :  St Pol – Etaples  10 bus + 2 partiels St Pol – Hesdin  /  Etaples – St Pol  9 bus + 3 partiels Hesdin – St Pol

A quoi bon avoir modernisé la voie pour un coût assez conséquent, si c’est pour se retrouver avec si peu de circulations ferroviaires. Le minimum aurait été de retrouver la desserte existante avant la dégradation de l’infrastructure, notamment celle du 11/12/2011 au 30/06/2012.

Le point noir, c’est la desserte de fin d’aprés-midi et de soirée dans le sens St Pol – Etaples, qui ne convient pas du tout. Dans la fiche-horaires de 2011, nous avions 4 trains bien répartis qui venaient d’Arras (départs à 16h19,  17h16, 18h19 et 19h19). 

Les horaires proposés futurs sont indigents, avec un dernier départ d’Arras à 17h44, ce qui ne répond pas du tout au desiderata de la clientèle se rendant au-delà de St Pol sur Etaples. Qui plus est avec des stationnements de 25 à 45 mn à St Pol !! C’est dissuasif et les voyageurs continueront à prendre leur voiture, notamment les domicile-travail qui ne prendront pas le train le matin, faute de pouvoir revenir le soir.

Le succès de la réouverture de la ligne dans ces conditions risque d’être modeste, d’autant plus que la clientèle s’est évaporée avec le bus et qu’il faudrait donc au contraire des horaires attractifs pour la reconquérir… .

Il manque un train avec un départ beaucoup plus tardif d’Arras.

Proposition : Le train Arras 17h44 – St Pol 18h26/19h13 stationne dans cette gare à priori pour établir la correspondance du train en provenance de Lens et Béthune arrivée 19h07. C’est parfaitement dissuasif et Il est impératif que ce train Arras – St Pol arrivée 18h26 puisse repartir sur Etaples après un stationnement réduit à St Pol (pas de problème de circulation ni de croisement entre St Pol et Etaples). Par contre le train Arras 18h44 – St Pol 19h27 pourrait être prolongé sur Etaples en assurant la correspondance du train en provenance de Béthune à 19h07 et permettant ainsi une relation supplémentaire avec un départ plus tardif au départ d’Arras sur Etaples, Boulogne.

Enfin, il est souhaitable, comme par le passé, d’utiliser la ligne comme itinéraire pour les trains TER-MER ou pour certains grands événements de la Côte d’Opale (RICV à Berck, Enduropale au Touquet etc)

Arras Etaples : des correspondances dégradées à St Pol pendant les travaux

Entre Arras et St Pol il y a actuellement des travaux préparatoires au Renouvellement Voies Ballast, donc pas de circulation ferroviaire depuis quelque temps jusqu’au moins le 12/12/20 : Remplacement par bus ( pas tous les services ) Mais une fois de plus les correspondances pour faire Arras-Etaples sont sinistrées à St Pol : une longue attente ou rien.

https://cdn.ter.sncf.com/medias/PDF/hauts_de_france/FH_Arras_StPol_Etaples_Boulogne_du_28_novembre_au_12_decembre_2020_tcm77-273936_tcm77-273935.pdf

Notamment : Sens Arras > Etaples :

Semaine Arrivée 9h59, départ 9h52 ; et 40 mn d’attente pour plusieurs sillons le soir (dissuasif);

Dimanche Arrivée 13h15 départ 13h00 ; Dernier car de la journée Arrivée 19h27 départ 19h25 (Inutilisable !!)

Sens Etaples > Arras : Semaine Arrivée 9h43 départ 9h40, Arrivée 17h44 départ 17h34

Les usagers se demandent vraiment comment « on » peut imaginer et valider de tels horaires…